Ce récit a été noté : 4.0 / 4

 
( 0 = histoire nulle   4 = histoire TOP )


Ajouter à ma liste
Amour intense

Publié par : moinoe38 le 27/07/2022

Ayant eu un grand nombre de visite concernant ma première histoire avec Nono, je vais maintenant vous raconter un autre épisode 100 % véridique de nos ébats qui ont eu lieu en août 2021, il y a bientôt un an.

Nous étions à l’apogée de notre histoire sans le savoir, les mois qui ont suivies n’ont été qu’une longue descente vers des évènements qui furent bien moins agréable et qui n’auront pas leur place ici.

Mais revenons à nos moutons. Cette histoire débute alors que ma Nono était venu dans un appartement proche de mon domicile pour vivre quelques jours au plus prés de moi. Nous étions alors comme un véritable couple et nous pouvions passer des nuits entières à nous câliner et à baiser jusqu’à l’épuisement.
Je vais donc vous raconter dans le détail une de nos séances de sexe hors norme.

Pour vous planter le décor, Nono avait pris ses quartiers dans un appartement de standing avec plusieurs chambres, et une pièce de vie immense comprenant une belle cuisine à l’américaine et un salon avec un immense canapé.

J’espère que les appartements voisins avaient une bonne isolation phonique car nous avons, comme à notre habitude, reçu des partenaires pour nos ébats, et nous avons même si nous étions deux, fait des galipettes très bruyantes qui ne laissaient aucun doute sur nos activités libidineuses.

Ce jour là, nous allions passer l’après midi dans notre nouveau lieu de villégiature. Comme à notre habitude nous étions nu et la moindre occasion était propice à des rapprochements et des effleurements qui mettaient nos sens à rude épreuve. Nous avions pris place dans le grand canapé d’angle qui se trouvait dans le coin salon. Ce canapé allait vivre de bien belles heures qui allaient restés gravé à jamais dans nos mémoires.

Pour débuter, nous avons jouer avec nos langues, en nous embrassant longuement et en jouant avec nos langues de longues minutes. J’adore jouer avec la langue de ma partenaire et alterner entre sussions et enroulement des langues. Nos bouches étaient quasiment soudées l’une à l’autre et nos langues n’arrêtaient pas de tournoyer dans nos cavités buccales, faisant monter nos désirs l’un envers l’autre.

Je suçais la langue de Nono et mes mains commençaient à partir à la rencontre de ses autres zones sensibles que j’avais cartographié à force de la parcourir.
Mes doigts avaient pris le chemin de sa poitrine. Elle de son côté me tenait délicatement la tête pour que nos bouche ne se dessoudent pas.
Ses tétons étaient tout dur et je me délectais à les faire rouler entre mes doigts. Je savais que mes caresses n’étaient pas veine et qu’elles allaient déclencher des réactions en chaîne à l’intérieur de ce corps féminin qui n’avait qu’un objectif : épancher sa soif de sexe avec un Mâle en rûte.

Sa poitrine toujours sensible a mes effleurements ne demandais que cela. Après quelques minutes de ce traitement, j’ai pris la direction de son ventre et de la naissance de son pubis. Sa respiration se faisait plus forte et j’ai bien compris que toutes les barrières avaient cédés.

A l’arrivé devant son entre jambe, mes doigts sont entrée dans une zone ou la chaleur et l’humidité était à son comble. Les lèvres de son sexe étaient noyées d’une mouille abondante qui recouvrait tout. Elle ouvrit ses jambes pour que je puisse accéder à son intimité avec plus de facilité.


J’ai commencé à la masturbé avec délicatesse en massant l’entrée de sa grotte d’amour. J’adore l’entendre gémir et sentir toute sa mouille dégouliner et me maculer mes doigts.

Je n’ai pas pu résister et deux de mes doigts ont pris la direction de son vagin. Aucun obstacle n’est venu gêner la progression vers le fond de son vagin qui était déjà bien ouvert.

Avec mon pouce, j’ai débuté un massage délicat de son bouton qui n’attendait que cela pour sortir de sa cachette et retirer son capuchon pour être prêt à recevoir mes délicates caresses circulaire.
Nono, émis un feulement de chatte en chaleur quand la conjugaison de mes massages furent à leur apogée et que j’entrepris d’ouvrir encore plus son vagin en y faisant pénétrer quatre doigts sans difficulté.

Elle était maintenant à ma merci et n’attendait qu’une chose c’est que je me retrouve entre ses cuisses à la pilonner comme une salope.

Mais je ne l’entendais pas de cette oreille. Elle aurait bien aimé que je l’a baise directement.
Bien entendu, elle allait devoir attendre un peu, et que je lui mette encore un peu de pression sexuelle pour lui faire monter l’envie jusqu’au point de non retour.

De son côté, elle ne s’en est pas laissée compter non plus. Après avoir parcouru mon corps avec ses mains douces et délicates. Elle a pris un malin plaisir à me titiller les tétons et à les faire durcir sous ses doigts malicieux. Elle s’appliquait maintenant à me caresser entre les cuisses, et à effleurer mon sexe.
Elle avait ses deux mains plaqués sur le bas de mon ventre et me prodiguer un massage des plus érotique aux abords de mon pénis qui était déjà bien raide.
En effet elle aussi a une connaissance de mon corps qui est exhaustive. Elle n’a donc aucune difficulté à commander mon corps et surtout ma virilité.

J’étais à savourer ses caresses et à me délecter de la mouille qui recouvre mes doigts et que je déguste avec passion. Je lui fait également partager ce festin, qui lui convient aussi très bien.

Nous nous installons de façon à faire un 69 qui me permet de mettre enfin ma bouche au plus prés de son sexe en ébullition et à cette femelle de me gober les couilles et de prendre en bouche mon sexe qui n’a qu’une envie s’est de se développer dans la gorge de cette salope.

Je suis toujours aussi surpris par la quantité phénoménal de mouille que je peux boire à la fontaine de Nono sans l’avoir déclenché cette fontaine. Eh oui, pour ceux qui ne suivent pas nos aventures, il faut savoir que cette jeune femme est une femme fontaine de son état et que c’est un régale de la voire gicler et asperger tout ce qui l’entoure.

Mais son état d’excitation n’était pas encore suffisant pour m’inonder de la sorte.
Par contre le mien commence à grimper de façon fulgurante, car la tigresse ne s’arrête pas de me pomper avec application. Sa bouche et d’une douceur peu commune, sa langue est d’une expertise qui laisse pantois. Elle fait tourner sa langue autour de mon gland, monte et descend le long de ma tige et arrive même à presque faire une gorge profonde. Elle n’y arrive que partiellement car je suis un peu long pour sa gorge, selon ses propres aveux….
Mais elle ne démérite pas et me taille une pipe qui me fait chavirer et me tend d’une manière incroyable.

Je ne me laisse pas distraire non plus et je suis maintenant sur le point de lui enfoncer mes cinq doigts dans le vagin. En effet ma masturbation à quatre doigts n’est plus suffisante à mon goût et je vais tenter d’y glisser mon pouce pour faire bonne mesure.

Elle se tortille et se détend encore un peu plus. Pour ce faire, et même malgré sa mouille abondante, je prend du gel spécial fist sur mon poing et je commence à me placer devant son trou déjà béant.

C’est elle qui me donne le feu vert et je commence à me positionner, mes doigts coulissent le long de ses lèvres qui s’ouvrent à mon passage de plus en plus.
Je tourne mon poigné pour que l’insertion se face avec le plus de douceur possible. Elle couine et commence à gémir fortement sous mes assauts qui sont de plus en plus profond.
Après quelques allée et venue, mon poing est littéralement avalée par sa chatte. J’adore cette sensation de me sentir prisonnier de sa vulve et celui d’être un visiteur un peu particulier dans ce lieux si précieux et si chaud.

Elle est aux anges, elle ronronne comme une chatte en chaleur. J’adore ce moment qui est intemporelle. Elle s’excite de plus en plus et j’avoue que j’ai même un peu de mal à suivre et qu’elle demande de plus en plus de vigueur de ma part et de celui de mon poing. Elle joui quasiment en continue, et je sent les contractions de son utérus qui sont régulière tout comme ses cries qui emplissent la pièce.

Bien entendu à ce rythme, la salope ne tarde pas à me gratifier d’un jet de cyprine magnifique qui se transforme en fontaine.

Ce petit manège va durer un temps qui semble interminable, jusqu’à ce que Nono me demande de faire une petite pause.

J’ai gagné le premier round, mais sûrement pas la partie dans ...

... Connectez-vous pour lire la fin de cette histoire érotique | Inscription 100% gratuite


Mots-clés : Histoire 100% vécue, Hétéro, Sodomie, Pénétration vaginale, Jeunes, Mûrs