Ce récit a été noté : 4.0 / 4

 
( 0 = histoire nulle   4 = histoire TOP )


Ajouter à ma liste
Un amour sans... Faim

Publié par : moinoe38 le 02/08/2022

Voyant que mes histoires vous plaisent beaucoup, je vais encore vous plonger dans nos ébats sexuelles qui ont toujours été de hautes volés et qui j’espère vous plairons encore cette fois ci.

Comme toujours, ce que je vais vous relater c’est vraiment déroulé dans la vrai vie, et n’est en aucun cas une invention.

Les faits ce sont déroulés chez Nono à côté de Romans sur Isère. Je devais la rejoindre, et elle de son côté avait invitée deux hommes pour combler ses envies et ses trous.

Je prend la route en milieu de matinée et je sais pertinemment qu’a mon arrivée elle sera déjà occupé et que les deux hommes seront déjà à leurs ouvrages sur ma salope.
C’est donc tout excité que je quitte la ville de Grenoble pour prendre l’autoroute qui va m’emmener jusqu’au domicile de ma douce chienne.

Je la prévient que je part de mon domicile. Elle déjà tout excitée a sa chatte humide et qui dégouline, car elle sait se qui l’attend. Elle me répond qu’elle m’attend et que les deux invités seront chez elle dans une demi heure. Je vais donc avoir 30 minutes de retard sur le départ des hostilités chez elle.

Elle me dit qu’elle va s’occuper des deux messieurs et qu’elle va faire en sorte que quand j’arrive tout sera prêt.

C’est donc fébrilement et en ne respectant pas vraiment les limitations de vitesse que je roule vers le lit de tout les délices.

En arrivant à Romans je déclenche une visio avec Nono via une application. Ce que je vois me donne encore plus envie d’arriver.
Cette salope et entre les deux mâles qui sont déjà bien bandés et qui se font sucer avec beaucoup d’application de la part de ma chienne. Elle gobe alternativement ces deux membres bien raide. Le premier et de très belle dimension sans être très large, le second lui est plus petit mais reste très convenable pour ma salope.

Bien entendu quand je vois cela, mon pied devient encore plus lourd sur la pédale de droite, et mon bolide bondi pour me permettre d’arriver au plus vite chez Nono.

Elle a prévu mon arrivée. Je me stationne et fonce jusqu’à son appartement. Elle n’a pas verrouillée la porte, j’entre alors sans faire trop de bruit. Je perçois des bruits et des gémissements qui proviennent de la chambre à coucher, enfin pour aujourd’hui c’est plus la chambre à baiser.

J’entends que les mâles sont déjà bien excités et des mots salaces sortent de leurs bouches pour encourager ma salope et montrer leur contentement. Bien entendu, je reconnais également les gémissements de cette femelle qui doit se faire bien doigter.

Je me débarrasse de mes vêtements rapidement, et m’approche de la porte de la chambre. Le spectacle que je voie me laisse sans voix. Un des mâles s’occupe avec beaucoup d’application de la chatte et du cul de Nono en la doigtant avec dextérité.
Une main s’occupe de son anus ou il a mis deux de ses doigts qu’il fait coulisser avec envie, la seconde main et encore plus gourmande car quatre doigts sont déjà dans la chatte ouverte et humide de Nono et là aussi cela coulisse sans forcer .
Le second quand à lui se fait sucer par ma chienne qui prend son membre en gorge profonde et essai d’avaler les couilles en même temps.

Je regarde quelques secondes ce spectacle digne des meilleurs porno et je toussotes pour signaler ma présence à ce joli trio.
Tout le monde se tourne vers moi avec le sourire aux lèvres. Je salut de la main nos invités et une fois les présentations faites, les caresses reprennent de plus belle.

Ma chérie, commence à me caresser doucement le ventre et se dirige vers ma queue qui a déjà pris du volume. Il faut dire que je suis passablement excité et que mes couilles ne demandent qu’a déverser un flot de sperme après plusieurs jours d’abstinence.

Elle s’applique maintenant à me faire encore gonfler en me masturbant délicatement. Elle est aux anges avec ces trois mâles à sa disposition. Elle adore la pluralité et ne va pas s’arrêter tant qu’elle ne nous aura pas essoré les couilles.

Maintenant que je suis bandé, je m’approche de la bouche de ma douce, et force le passage pour moi aussi avoir droit à une pipe bien mérité. Elle ne s’en laisse pas compter et prend les deux glands dans sa bouche ou elle joue avec sa langue sur nos freins respectifs, ce qui nous fait lâcher des râles de contentement.

Pendant ce temps là, le troisième larron c’est mis à butiner le minou et l’œillet de notre femelle en chaleur. Elle a les jambes grande ouverte et notre ami se délecte du nectar qui s’échappe de ce fruit bien mure. Les bruits de succion et de léchage emplisse maintenant la pièce.

La température n’arrête pas de grimper et les sexes sont maintenant arrivés à leur point de non retour.
Le premier à s’engouffrer dans la chatte humide est celui qui était en train de s’en délecter quelques instant auparavant. Sa queue doit bien faire 18 centimètres de long sur 5 de large. Il prend les fesses de Nono et a rentré sa queue d’un trait au fond de son vagin brûlant.
Un gémissement d’extase sort de la bouche de ma douce. Elle prend merveilleusement bien ce membre qui la pilonne sans ménagement en cadence. Son clito qui est sorti, se fait malmené lui aussi, déclenchant des ondes dans le corps de cette femme en chaleur et des cris qui indique qu’elle ne va pas tarder à jouir sous les coups de boutoir.

Pendant ce temps là, pour ma part je prend un peu de distance et je regarde la scène de baise. Le second est au dessus du visage de Nono, elle lui bouffe le cul et lui lèche les couilles. Pour mieux lui facilité son travail, il écarte ses fesses avec ses mains et se cambre légèrement.

Le second continue de plus belle à limer la chatte de Nono qui en redemande avec beaucoup de véhémence et de crie de femelle en chaleur.

Après quelques minutes de ce traitement, elle attrape les reins de son marteleur et le plaque contre elle pour le faire entrer au maximum dans sa féminité. Elle crie son bonheur pendant de longues secondes.

L’homme qui la défonce, se crispe à son tour, son excitation étant arrivé à son comble, il ne peut plus retarder l’inévitable éjaculation qui monte du fond de ses reins. Il augmente encore de façon machinal l’amplitude de ses mouvements et décharge en beuglant comme un âne tout le foutre qu’il avait au fond de ses bourses,

En se retirant on peu apercevoir un filet de sperme et de mouille qui s’étire de l’entrée de la grotte des plaisirs de Nono.


L’homme se retire, mais Nono ne le laisse pas filer comme ça. Elle lui prend le gland encore bien épais entre ses lèvres et s’applique a nettoyer consciencieusement la bite qui lui a tant donné de plaisir.

Ne pouvant rester plus longtemps avec nous, l’homme nous quitte à regret, mais promet de revenir rapidement une prochaine fois.

En ce qui me concerne l’excitation n’est pas retombé, bien au contraire, et mon camarade de baise, après avoir eu le cul bien léché par Nono, s’active maintenant à la remplir de la même manière que le premier.
Il n’a aucune difficulté a prendre place dans son vagin qui est ouvert et lubrifié comme jamais.
Pour ma part, je me dis qu’après le passage de ses deux mâles, bien fournis, je vais faire en sorte de parachever le travail en explosant la chatte de cette salope.
Je vais donc choisir un jouet que j’affectionne particulièrement dans ce genre de situation. Je me plonge dans le tiroir de la commode de Nono, ou se ...

... Connectez-vous pour lire la fin de cette histoire érotique | Inscription 100% gratuite


Mots-clés : Histoire 100% vécue, Hétéro, Sodomie, Pénétration vaginale, Jeunes, Quadra, Mûrs, Européen(s)