Ce récit a été noté : 3.7 / 4

 
( 0 = histoire nulle   4 = histoire TOP )


Ajouter à ma liste
Le cocu reconnaissant

Publié par : jeanalin le 01/10/2022

A la maison la situation est intenable, nous ne nous parlons plus avec ma femme. Elle n’arrête pas de me traiter de pédé, de lopette et se moque sans arrêt de moi. Lors de ses crises souvent elle me gifle, me donne des coups, cherche à m’humilier. J’accepte tout. Elle finit même par emmener certains des ses amant chez nous ce qui me déplait un peu au début mais je n’ai rien (ni envie) à dire. Nous avons nos chambres séparées avec interdiction d’y entrer. Personne ne vient dans ma chambre sauf la belle mère de temps en temps. Cette vielle est insatiable et profite de notre séparation. Elle n’a plus de scrupule et laisse libre court à sa libido. J’aime les tenues de putes qu’elle porte quand elle vient me voir, en chaleur. Par contre ma femme de son coté se permet d’amener du monde. Je les surprends parfois dans le salon quand je rentre tard et je m’amuse à les regarder. C’est mon coté voyeur. Je les entends souvent faire l’amour et gémir toute la nuit dans la pièce à coté. Ca m’excite, je met des sous vêtement en satin et je me masturbe

Un soir, semblant vouloir se rabibocher avec moi, elle me présente à un jeune garçon qui est manifestement son nouvel amant Elle me propose un plan à trois. Je suis un peu étonné mais pourquoi pas. Nous prenons l’apéritif ensemble. Elle est en chaleur et très câline avec tout le monde. Cela faisait des mois qu’elle ne m’avait pas touché. Elle s’assied prés de lui et l’embrasse longuement sur la bouche. Elle le caresse avec fougue, elle finit par ouvrir sa braguette pour y passer la main et continuer ses caresses. Tout en continuant de la branler, elle se tourne vers moi, m’embrasse et me mets la main au paquet en serrant bien fort, comme elle sait que j’aime. Ce qui me fait bander immédiatement. Elle est maintenant en train de nous caresser tous les deux , bien calée sur le canapé, et personne ne dit rien. Je vois qu’elle à complètement sortie la queue de son ami qui est bien raide et qu’elle branle doucement.
Elle se penche vers moi et me murmure à l’oreille :
- « Suce le, s’il te plait, tu vas voir il a bon gout ! ». Elle me dit ça tout en continuant de tirer sur ma queue quelle a sorti de mon pantalon
Je n’ose pas lui dire non car je suis vraiment excité. Je n’ai pas fait de partie à trois avec elle, c’est nouveau. Je m’exécute naïvement.
Il est affalé dans le canapé, je m’agenouille devant lui, dégage bien ses couilles et commence à le sucer. Il avait un peu débandé le temps du changement mais j’arrive rapidement à le faire redurcir. Au bout d’un moment, sa bite est bien dure et développée, un bel engin ma foi, c’est vrai qu’il a bon goût Je commence à y prendre plaisir. Je le travaille avec application. Je veux lui montrer que je suis un bon suceur, bien meilleur que ma femme. Et le fait qu’elle me regarde faire m’oblige à être encore meilleur. J’alterne succion et branle, méthodiquement. Je m’occupe tout particulièrement de son gland qui est bien développé. Je le lèche comme on lécherait un esquimau glacé, à petits coups de langues gourmands. Il réagit bien a cela. Je passe son gland sur mes lèvres comme un bâton de rouge à lèvres. Je lui gobe les couilles qu’il a rasé fraichement.
Pendant ce temps, elle est passée derrière moi et baisse complètement mon pantalon. Je suis alors en string, bas et porte jarretelles. Elle commence à me branler le cul.
Je continue a le sucer consciencieusement. Il pousse de petits cris et se tortille sur le canapé. Je sens qu’il est a deux doigts de jouir. Il jute un peu et à ses mouvements je sais que je peux le faire venir quand je veux. C’est moment que j’aime dans la pipe, lorsque le dominé qui suce le dominateur inverse les rôles puisque sa jouissance est à sa convenance.
C’est a ce moment là qu’elle décide reprendre la main.
Elle s’est relevée et me dit :
-« Allez ca suffit cette comédie, pousse toi de là »
Elle joint le geste à la parole en me donnant un coup de genoux dans les côtes pour que je m’éloigne de son gars. Elle a relevé sa jupe et viens se placer à califourchon sur sa bite. Elle sort les seins de sa blouse pour que son ami puisse les peloter et les embrasser Il se rue dessus comme un malade et se mets à la baiser violemment. Elle se caresse le clitos pendant que l’autre la burine Elle est secouée comme un prunier et pousse de grands cris de plaisir. Il se lève et la bascule sur le canapé. Elle est sur le dos, jambes écartés et lui debout qui la tient par les hanches et donne de grands coups de butoir. . Ca ne leur suffit pas, il la fait mettre maintenant à quatre pattes pour la prendre en levrette, juste devant moi. Ses seins ballotent outrageusement, c’est délicieux à voir. Elle pousse de petits cris rauques tandis que l’autre redouble d’efforts pour la défoncer. Ils finissent par jouir ensemble. Je n’ai pas bougé , médusé par le spectacle, par la rapidité et la violence de la scène .
Ils se séparent Lui retourne s’affaler sur le canapé et elle se redresse, échevelée et viens se planter devant moi
- « Alors le cocu, ça t’a plu ? Petite salope, tu vois ce que c’est un mec qui sait me baiser ! Ce n’est pas comme toi, avec tes portes jarretelles et tes habits de ...

... Connectez-vous pour lire la fin de cette histoire érotique | Inscription 100% gratuite


Mots-clés : Histoire 100% vécue, Gay, Bisexuel, Branle, Fellation, Sodomie, Soumission/domination, Sado Maso, Marié(e)s, A plusieurs