Ce récit a été noté : 4.0 / 4

 
( 0 = histoire nulle   4 = histoire TOP )


Ajouter à ma liste
Un été chaud pour un job étudiant 2

Publié par : tomj le 09/05/2021

Avec mes deux matelas, elle me dit de la suivre. Nous sommes allés vers le local. Là, elle m’a indiqué l’endroit où les poser et m’a demandé si ça allait, si je n’étais pas trop fatigué. « Non, non tout va bien ». « Tu comprends, je veux que tu te sentes bien chez nous, tu sais c’est un peu comme une grande famille ou comme chez des amis. On travaille, mais il faut aussi se détendre. Je vais te montrer comment si tu veux bien. » me dit-elle en se rapprochant et en posant sa bouche sur mes lèvres. J’étais soufflé, après le mari, la femme. Mais avec tonton Paul, rien ne pouvait m’étonner. Elle continuait de plus belle, en me disant qu’elle me trouvait très mignon et de me voir travailler toute la matinée, de me regarder passer de la crème solaire sur les clientes et les clients l’avait chauffée terriblement. Pendant ce temps, elle glissait ses mains partout, sous mon polo, tâtait mon paquet pour voir si je bandais. Elle prit ma main et la guida sous sa tunique pour que je lui masse la chatte à travers le maillot de bain qu’elle portait toujours. Je ne me faisais pas prier et elle semblait apprécier la caresse. Je glissai mes doigts à l’intérieur et constatai que c’était trempé de mouille. Effectivement, la patronne était plutôt chaude et réactive. Après quelques instant, elle vint s’allonger sur les matelas et enleva sa culotte de bain. « Viens goûter mon minou, mon chou » me lança-t-elle les jambes bien écartée. Elle avait la chatte toute lisse et trempée de mouille. Elle se tortillait pour m’exciter. Je plongeai et commençai à lui lécher la chatte comme me l’avais appris la copine de tonton. Je jouais à la fois de la langue et des doigts autour du clitoris tout en l’ouvrant. Au vu de sa réaction et des gémissements, je crois que j’étais sur la bonne voie. « Viens mon mignon, prends moi, je veux ta bite, ça fait des heures que j’en ai envie ». Je pointai mon gland et la pénétrai doucement. Je pense que ça n’allait pas assez vite car elle me prit les fesses pour que je m’enfonce en elle d’un seul coup. « Ahhhhhr oui c’est bon, baise moi fort ». C’est fois c’est sans aucune retenue que je commençai à la limer. « Ouiiii vas-y, ta grosse queue est trop bonne, prends-moi bien à fond ». Tout en la baisant comme elle voulait, je lui caressais les seins, léchais les tétons ou les pinçais. Elle gémissait de plus en plus. Ses cuisses commencèrent à trembler un peu et sa jouissance arriva, forte, intense. En serrant plus fortement ma queue, je jouis moi aussi en elle. En reprenant ses esprits, elle me dit que son mari avait raison, j’étais très prometteur. Une fois rhabillé, je rentrai chez tonton pour me reposer quelques heures avant de retourner pour ranger tout le matériel de plage.

Dans les jours qui suivirent, je dus m’occuper régulièrement de Mimi et de sa femme au gré de leurs envies. Mais, je n’avais pas encore tout vu. Trois jours après mon arrivée à la plage, un soir où je commençais à ranger les transats et que les autres employés étaient partis, je vis arriver vers moi un jeune homme que je n’avais pas encore vu. Il ressemblait à Mimi comme deux gouttes d’eau, mais en beaucoup plus jeune. « Bonsoir, je suis Franck, le fils de Martine et de Mimi. Je suppose que tu es Eric, le nouveau plagiste et le neveu de Paul ».
« Bonsoir, oui c’est ça ». Tiens, lui aussi connaît bien Paul, mais jusqu’à quel point ? Je n’allais pas tarder à le savoir. « Tu veux un coup de main pour tout ranger, ça ira plus vite » me demanda-t-il avec un grand sourire craquant. « Avec plaisir ». Effectivement, à deux, ce fut beaucoup plus rapide. Comme nous terminions, je lui demandai s’il connaissait bien tonton Paul. Il rigola et me répondit que oui même plutôt très très bien si tu vois ce que je veux dire. Je connais le petit grain de beauté qu’il a là.
« Oui, oui, je vois très bien ce que tu veux dire ». Tonton est vraiment un sacré coquin, il a dû se faire toute la famille tel que je le connais. Franck me plaisait beaucoup et je n’hésitai plus à l’embrasser fougueusement dans un long baiser qu’il me rendait bien. Nos langues se cherchaient, nos mains se caressaient mutuellement. ...

... Connectez-vous pour lire la fin de cette histoire érotique | Inscription 100% gratuite


Mots-clés : Gay, Bisexuel, Jeunes, Quadra, En famille