Ce récit a été noté : 3.4 / 4

 
( 0 = histoire nulle   4 = histoire TOP )


Ajouter à ma liste
Découverte de la branle entre mecs

Publié par : oscar29 le 21/07/2022

La vie entre mes deux parents alcooliques était devenue insupportable. J’ai fini par contacter une assistante sociale et ma sœur et moi avons été placés dans des familles d’accueil. J’avais 15 ans alors et ma sœur 13 ans. Elle a trouvé refuge dans une famille de la même ville où nous habitions mais moi, j’ai été emmené dans une autre ville à une vingtaine de kilomètres de là.
Dès le départ, je n’ai pas eu à me plaindre de ma famille d’accueil. Bernard et Jocelyne était un couple recomposé. Bernard avait deux grands enfants qui ne vivaient pas avec lui et Jocelyne avait un fils d’un an plus âgé que moi, Tristan. C’était un couple très généreux, actifs, multipliant les activités.
Jocelyne en particulier chantait dans une chorale. Un jour, peu après mon arrivée, elle nous apprit que le mois suivant, sa chorale partait tout un week-end pour participer à un concours. Elle serait donc absente du vendredi au dimanche soir.
Ce serait « notre première soirée entre mecs », comme avait dit Bernard.
Lors du dîner du vendredi, Bernard était particulièrement joyeux et faisait tout un tas de blagues dont la plupart tournaient autour du sexe. Au départ, du haut de mes 15 ans, j’étais encore prude et légèrement mal à l’aise mais Tristan m’apprit que son beau-père était très porté sur la chose et qu’il faisait souvent ce genre de blagues bien salaces. Mais quelques bières aidant, Bernard se laissait aller de plus en plus, un plus que d’habitude semblait-il. Il finit par nous demander :
- Dites les gars, vous avez déjà fait des concours de teub ?
Comme nous le regardions sans répondre, il poursuivit :
- Quoi, vous n’avez jamais comparé vos bites avec celles de vos potes pour savoir qui a la plus grosse ?
Ni l’un ni l’autre ne l’avions fait.
- Putain, les gars, c’est pas vrai ? Moi je le faisais souvent à votre âge. D’ailleurs, en général j’étais plutôt bien placé au classement. Allez, on le fait, juste pour voir …
Et sans plus attendre, il ouvrit son jean et sortit un tuyau mou mais de belle longueur avec un long prépuce fripé. Tristan me regarda et nous éclatâmes de rire mais je vis mon acolyte se lever et ouvrir lui aussi sa braguette pour en sortir son sexe. Beaucoup moins long que celui de Bernard, il était lui aussi partiellement revêtu d’un joli prépuce mais on apercevait un peu de son gland rosé.
Honteux, mais ne voulant pas être en reste, je sortis à mon tour ma bistouquette. Je craignais qu’elle fût toute rabougrie mais, loin de montrer la gêne que je ressentais, elle était au contraire plutôt épanouie ; j’avais presque une demie-molle ce qui n’échappa pas aux deux autres.
- Ben, t’as l’air plutôt fier de la montrer, me dit Bernard. Remarque, tu te défends ! Ce qu’il faudrait, c’est qu’on se fasse bander pour pouvoir bien comparer. Ca vous dit qu’on se matte un petit porno … ?
Habitué à en regarder sur nos portables, cela ne nous choquait pas mais je n’avais jamais maté un film de boules avec quelqu’un d’autre …
Bernard connecta l’écran de télé avec son ordi et alla sur un site auquel il était manifestement habitué. Il choisit un film dans lequel un mec bien bâti s’occupait de trois nanas. Il baissa son froc et s’installa pattes écartées devant l’écran.
- Allez, les gars, faites comme moi. Putain, regardez ces jolies petites chattes.
Je ne pus m’empêcher de penser que, décidemment, il avait trop bu car oser faire ça devant le fils de sa compagne me semblait aberrant. Tristan, lui, n’avait pas l’air surpris et c’est avec le sourire qu’il imita son beau-père. Je fis donc comme eux mais dans un fauteuil à côté. Nous étions donc tous les trois, pantalon et slip aux chevilles à nous palucher joyeusement devant le film qu’avait choisi Bernard et nos bites ne tardèrent pas à se dresser sans aucune pudeur devant ce spectacle de lèvres humides que l’acteur visitait tour à tour.
- J’ ...

... Connectez-vous pour lire la fin de cette histoire érotique | Inscription 100% gratuite


Mots-clés : Pur fantasme, Branle, Jeunes